Les Cahiers de Marseille et l'architecture du Je. L'"égoisme sans je" ou l'"annihilant" impersonnel