LA CONVENANCE DE L’ORNEMENT : UNE QUESTION ÉTHIQUE ?