La proposition comme gnomon discret du langage. Le point de vue d’Aristote et de Wittgenstein